Home > Progetti > MKOMANILE & JUHUDI CRAFT

L’autonomisation est un moyen, pour les femmes, de prendre contrôle de leur vie, d’exprimer leur capacité à s’organiser individuellement et collectivement, pour garantir un meilleur accès à la prise des décisions, à l’information, à la connaissance, à l’éducation, aux ressources économiques, aux opportunités.       

L’autonomisation des femmes est composée par cinq éléments essentiels:

  • Le sentiment de l’estime de soi pour les femmes;
  • Leur droit de faire des choix ;
  • Leur droit d’accéder aux opportunités et aux ressources;
  • Le droit de pouvoir contrôler leurs vies au sein et à l’extérieur du ménage;
  • Leur capacité d’influencer des changements sociaux visant à créer un ordre social et économique plus juste, tant sur les scènes nationales qu’internationales (basé sur les lignes directrices relatives à l’autonomisation des femmes des Nations Unies, 2001).

Mkomanile Craft est un projet sotenu par privés visant à développer et soutenir le micro-entrepreneuriat des femmes dans le village de Msindo – Province de Namtumbo – afin d’en augmenter l’indépendance sociale et économique.

L’HISTOIRE

Cette initiative a commencée en 2007 quand, dans ce village situé en plein cœur de la Tanzanie, on a organisé un cours trisannuel de couture dans la paroisse de Msalaba Mkuu.

En 2011 certaines participantes au cours réalisent une série de produits qui seront vendus sur le marché italien. Puisque l’expérience obtient des résultats positifs, ce groupe d’artisanes se consolide et choisit de s’appeler Mkomanile, en l’honneur de l’unique femme guerrière tanzanienne dans la rébellion des Maji-Maji contre les allemandes en 1906.

Dans l’année 2013, le groupe initiale de 7/8 couturières s’étende et recueille nouvelles adhésions. Donc, on assiste à la création d’un autre groupe d’artisanes appelé Juhudi, qui s’occupe de réaliser accessoires éco-friendly.  

Dans la même année, en collaboration avec une styliste italienne et une stagiaire, les femmes des groupes commencent à réaliser deux gammes de produits (vêtements et accessoires): Mkomanile Classic et Mkomanile Eco,  réalisées en combinant les tissus traditionnels africains avec des matériaux de recyclage – chambres à air, sacs en plastique pour le riz et le maïs, bouchon de boisson, papier journal – en utilisant modes de production respectueux de l’environnement.  Ainsi, on cherche de contourner le problème de la carence de matériel de couture dans la petite ville de Songea, qui se trouve à des centaines de kilomètres de Dar-es-Salaam, la capitale économique; mais aussi de réduire les coûts d’achat de matériels en respectant les traditions et l’environnement.

LOGO - Mkomanile

GAMME MKOMANILE CLASSIC

Mkomanile Classic est une gamme de vêtements et accessoires (sacs à main, housses pour ordinateur portable, pochettes, blagues à tabac, plusieurs modèles de jupes et pantalons) qui comprend aussi une collection maison (nappes, couvre-lits, rideaux et coussins). Tous les produits sont fabriqués avec des tissus traditionnels (kanga, kitenge, wax) et des matériaux de recyclage, en utilisant techniques traditionnelles comme le batick.

Jusqu’ici, la distribution des produits était concentrée en Tanzanie et en Italie par canaux informels, non commerciaux. L’objectif, cependant, est de réussir à les commercialiser comme produits équitables au niveau national et européen.

 

GAMME MKOMANILE ECO

Mkomanile Eco est une gamme de vêtements et accessoires pour femmes, résultat de l’union entre l’expertise couturier des femmes tanzaniennes, la créativité et l’attention au détail de la styliste de mode italienne Rosalia Guzzo. Cette gamme n’est pas encore entrée en production et commercialisée.

FOIRES ET MANIFESTATIONS OFFICIELLES

On a eu l’occasion de présenter les deux gammes de produits dans plusieurs manifestations officielles, comme les foires So critical, so fashion – Milan, Septembre 2013 – et Fa’ la cosa giusta Sicilia – Catane, Novembre 2015.  

Récemment, une collaboration avec l’institut technique Caterina da Siena de Milan – spécialisé dans le secteur de la mode – a été engagée: cette collaboration vise à promouvoir les échanges techniques et culturels entre les enseignants et les étudiants de Milan et les couturières tanzaniennes. Le résultat a été la création collective d’une nouvelle collection, exemple de haute couture durable.

En outre, on a organisé deux évènements de collecte de fonds – intitulés So African, So Fashion – pour financier la création de la nouvelle gamme et la publicisation de la collaboration; ils ont eu lieu en Mai et Juillet 2014 dans la résidence de l’ambassadeur de Dar-es-Salaam, et à Catane dans le cloître de Saint-Julien.

Mkomanile Craft est donc une réalité qui naît du désir d’améliorer la situation socio-économique des femmes du village de Msindo et leur permettre de s’autonomiser par rapport à la famille et à la société.

Comme la plupart des femmes qui habitent dans les zones rurales de la Tanzanie, les femmes de Msindo doivent quotidiennement affronter de nombreux problèmes liés à leur condition féminine.

Comme nous explique Janet Lupenza, directrice du programme de protection et d’autonomisation des femmes de la circonscription de Msindo:

«Les femmes qui habitent dans les zones rurales souffrent de problèmes économiques, car l’unique activité rentable pour les familles tanzaniennes est l’agriculture. Ils souffrent aussi à cause de la violence domestique, des discriminations de genre et du charge de travail domestique – les travaux ménagers et l’éducation des enfants reposent entièrement sur leur épaules – toutes conséquences du système patriarcal, encore existante en Tanzanie. Également au niveau politique, il y a encore une forte inégalité et peu de femmes jouent un rôle institutionnel».

Le projet Mkomanile Craft implique un nombre croissant de femmes, en leur offrant les instruments pour devenir économiquement autonomes. Un de ces instruments est la formation: formation sur les droits et les devoirs des femmes, sur le rôle qu’elles jouent dans la société et sur la reconnaissance des actes de violence. Aussi, formation à l’entrepreneuriat, en accroissant leur estime de soi et leur conscience, grâce à une méthodologie participative qui laisse aux artisanes un grand pouvoir de décision.

Mais le but du projet n’est pas uniquement l’autonomisation des femmes, est la prise de conscience sur les droits humains et le respect des femmes au sein de la société entière.

«Grâce aux cours de micro-entrepreneuriat,  j’ai renforcé et amélioré ma petite activité de couture – que j’avais déjà commencé avant le début du projet – et j’ai pu déployer mes capacités créatives. L’éducation aux droits des femmes m’a aidée à prendre conscience de mes capacités et à accroître l’estime de moi. Maintenant, je suis indépendante dans mon travail et, surtout, je suis une femme consciente de mes droits et de ma identité»

(Bertha Ngonyan, 29 ans – Artisane de Mkomanile Craft)

La devise des femmes de Mkomanile et Juhudi Craft est «Maendeleo ni vita», qui signifie «Le développement est lutte»!